Rodrigo Cervantes pour LVR6

1.LVR : Comment as-tu découvert le tango argentin?

— Rodrigo Cervantes : J’ai découvert le tango alors que je vivais en Italie. Je suis allé dans une milonga où on enseignait également le tango aux débutants. Ensuite, j’ai eu l’occasion de vivre à Buenos Aires et de connaître le mouvement du tango queer.

2.LVR : Comment as-tu introduit le tango queer au Mexique?

— Au Mexique, il y a longtemps que le tango existe et que l’on peut danser presque tous les jours dans des milongas fixes. En 2010, j’ai décidé avec Jathan Sanchez d’ouvrir un cours hebdomadaire de tango puis d’organiser le premier festival international de tango queer dont la neuvième édition se tiendra cette année.

3. LVR: Est-ce que ton amour pour le théâtre et tes connaissances en architecture ont influencé ton festival de tango queer ? Comment ?

— Ce sont toutes des activités artistiques qui se complètent. Grâce au théâtre, nous avons présenté un spectacle dans chaque édition du festival. Grâce à l’architecture, nous avons réussi à introduire dans certaines universités le cours de tango argentin.

4. LVR: Pour nous, c’est un honneur que tu sois le parrain de cette 6ème édition de La Vie en Rose. Ce n’est pas la première fois que tu participes à un festival de tango queer: Buenos Aires, Oslo, Stockholm, Cologne, Paris, Berlin, New York… Et tu es le directeur du Festival international de Tango queer à San Francisco. Que représente le tango queer pour toi et pourquoi penses-tu qu’il est important de défendre ses valeurs?

— La diffusion de la philosophie du tango queer est importante pour briser les barrières établies par la société, « si vous êtes un homme, vous devez guider et si vous êtes une femme, vous devez suivre ». Aujourd’hui, au moins au Mexique, il n’est plus « étrange » ni scandaleux de voir deux hommes ou deux femmes danser le tango. Il y a une atmosphère de liberté sans distinction de rôles.

5. LVR: Qu’est-ce que Paris représente pour toi?

— Paris est une capitale mondiale. Pouvoir assister au Festival international de La Vie en Rose à Paris avec un groupe de danseurs mexicains, montrer le talent du tango mexicain est une source de fierté. C’est un honneur pour nous que le Mexique soit le pays invité.

6. LVR: Parle-nous un peu du Mexique…

— Le Mexique est une terre de traditions, une terre avec de nombreuses fêtes folkloriques. Le festival de tango queer a justement lieu le jour du célèbre Día de los Muertos (Fête des Morts). Ainsi, en plus de pouvoir profiter de séminaires, milongas et expositions, les danseurs de tango peuvent, en plus, vivre une expérience inoubliable dans les rues de la ville et connaître sa culture et sa gastronomie.

7. LVR: Pour finir, peux-tu nous parler de tes projets actuels?

— Nous préparons actuellement la 9ème édition du Festival international Tango Queer du Mexique, qui se tiendra du 31 octobre au 2 novembre 2019. Je prépare également ma nouvelle comédie musicale « María Quimera ».